This post is also available in: Anglais Malagasy

Pour célébrer la Journée internationale pour la conservation de l’écosystème de la mangrove, le 26 juillet, notre équipe à Madagascar s’est entretenue avec des collègues et des membres des communautés qui vivent et travaillent dans les forêts de mangrove. 

Nous leur avons posé des questions sur leurs animaux préférés des mangroves, leurs expériences les plus inoubliables et leurs réflexions plus sombres sur leur travail dans ces forêts incroyables mais vulnérables. Et nous leur avons demandé ce que les mangroves diraient si elles pouvaient parler…

Clovice Boto

Technicien Blue Forests, Baie de Mahajamba, Nord-Ouest de Madagascar

Clovice au travail dans la boue des mangroves

Je m’appelle Clovice Boto. Je vis à Besakoa, au nord-ouest de Madagascar, dans la baie de Mahajamba. Je suis technicien du programme Blue Forests de Blue Ventures.

Dans l’aire protégée d’Antrema, je participe à l’inventaire et à la surveillance des mangroves, ce qui signifie que nous évaluons le niveau de déforestation, avant de surveiller à la fois les activités d’exploitation forestière illégales et les efforts de replantation. Je participe également au suivi des plantations de mangroves réalisées par l’association de pêcheurs du village de Boanamary avec le soutien du partenaire de Blue Ventures, GIZ, via le Programme d’Appui à la Gestion de l’Environnement (PAGE). Afin de mieux faire comprendre à la communauté l’importance de la préservation des mangroves, je donne également des cours de sensibilisation à l’environnement dans cinq écoles de Mahajanga, la capitale de la région.

Parmi les nombreux animaux qui vivent dans les forêts de mangrove, mes préférés sont les oiseaux. Je ne me lasse pas de les admirer et d’observer leur comportement lorsqu’ils planent dans les airs au-dessus des forêts de mangrove.

 

Mon meilleur souvenir des mangroves est le jour où un grand nombre de membres de la communauté se sont réunis à Antangena, un village de la baie de Mahajamba, pour une journée de reboisement des mangroves. Ensemble, nous avons planté des centaines de nouvelles propagules (graines de mangrove). Je me souviens encore de la joie que j’ai ressentie et de l’atmosphère chaleureuse de toute une communauté travaillant ensemble pour protéger leur environnement.

Cependant, mon moment le plus triste dans la mangrove est précisément la raison pour laquelle nous devons organiser des journées de reboisement ; il est toujours difficile pour moi de voir les arbres coupés et de constater la surexploitation des ressources naturelles de la mangrove (qu’il s’agisse des arbres, des animaux ou des poissons) car elle conduit à la pauvreté chronique des communautés côtières de Madagascar.

Je pense que si les mangroves pouvaient parler, elles diraient :

Ça suffit. Protégez-nous. Protégez les habitats de vos ressources marines car nous sommes prêts à vous fournir ce dont vous avez besoin »

Rabenoely

Pêcheur et vice-président de l’association de gestion de l’aire marine gérée localement (AMGL) Tambatra, baie de Mahajamba, nord-ouest de Madagascar

Je m’appelle Rabenoely, mais tout le monde m’appelle Baban’i Bolida. Je vis dans le village d’Antangena, dans la baie de Mahajamba. Je suis pêcheur et vice-président de l’association des pêcheurs de Tambatra, qui a été créée avec le soutien de Blue Ventures.

En tant que bénévole, j’enseigne aux gens de ma communauté, ainsi qu’aux membres de notre association de pêcheurs, l’importance de protéger nos forêts de mangroves. Je participe aussi régulièrement aux activités communautaires de reboisement des mangroves.

L’aigle pêcheur, connu sous le nom d’Ankoay en malgache, est l’espèce que j’admire le plus dans les mangroves. Il a un pouvoir et une force qui lui permettent de vivre et de régner dans les endroits où il se trouve.

Un aigle pêcheur de Madagascar prend son envol à Ankatafa, Ambanja | Photo : Louise Jasper

Quand je suis dans les mangroves, j’aime quand les arbres sont submergés par la mer à marée haute. L’air est purifié et cela me donne un sentiment de liberté. Quand je pêche à marée haute, j’ai l’impression d’être au paradis. 

Il y a aussi un événement heureux dont je me souviens tout spécialement : c’est lorsque 150 membres de la communauté de mon petit village ont appris à reboiser la mangrove, ont collecté les propagules et ont travaillé ensemble pour replanter les mangroves de Tambatra.

Mais je suis triste de voir que certaines personnes ne sont toujours pas conscientes de l’importance des forêts de mangrove, du manque d’engagement de certaines autorités et de la mort des mangroves due à l’érosion et à la sédimentation.

Je pense que si les mangroves pouvaient parler, elles diraient :

A l’aide, à l’aide, protégez-nous. »

Giamalidiny Jaofary

Assistant technique en reforestation et éducation, Baie de Tsimipaika, nord-ouest de Madagascar

Giamali (à droite) assure le suivi des mangroves replantées

Je m’appelle Giamalidiny Jaofary. J’apporte un soutien technique pour la reforestation des mangroves au sein de l’équipe de Blue Ventures basée à Ambanja, dans le nord-ouest de Madagascar.

Je travaille à la protection de la forêt de mangrove de trois façons : Je parle aux membres de la communauté de l’importance de la protection des mangroves ; je les forme aux techniques de reboisement des mangroves ; et je surveille les plants afin d’évaluer le taux de survie et, si nécessaire, programmer des replantations supplémentaires.

Mes créatures préférées dans les mangroves sont les crabes des mangroves. Ils sont comestibles, donc ils fournissent les protéines dont nous avons besoin, ainsi qu’une source de revenus pour les communautés côtières. Et je suis toujours impressionné par leur capacité à s’enfouir dans la boue !

Un jour, avec un chef de communauté, nous sommes allés collecter des points GPS dans la mangrove, et nous nous sommes perdus dans la forêt toute la journée. Nous sommes rentrés sains et saufs, fatigués, avec de nombreuses piqûres de moustiques… et tellement heureux de cette journée passée dans ces magnifiques forêts !

Mon souvenir le plus triste est lorsque j’ai vu que les mangroves plantées par les membres de la communauté dans le village de Maropamba avaient été coupées. Malheureusement, l’abattage des mangroves est souvent le dernier recours pour les personnes qui n’ont pas d’autres possibilités de revenus.

Si les mangroves pouvaient parler, elles diraient :

Nous ne comprenons pas le comportement des êtres humains. Ils nous détruisent, alors que si nous sommes préservés, nous pouvons leur offrir la sécurité alimentaire, un environnement sain et une source de revenus. Protégez-nous si vous voulez avoir une vie meilleure ! »

Evariste

Président-adjoint de l’association communautaire d’Andimakafito, Baie de Mahajamba, nord-ouest de Madagascar

Evariste assure le suivi des zones en cours de reboisement

Je m’appelle Evariste, je vis dans le village d’Andimakafito, dans la baie de Tsimipaika, au nord-ouest de Madagascar. Je suis adjoint du président de l’association communautaire qui assure la gestion locale de la mangrove. Je suis également un leader communautaire pour le reboisement de la mangrove.

Pour protéger les mangroves, je travaille avec les membres de la communauté et les membres de l’association communautaire pour le reboisement des mangroves, et je surveille les efforts de reboisement.

Mon souvenir préféré des mangroves remonte à bien longtemps, lorsque les forêts de mangroves n’étaient pas encore détruites. Il était si facile de trouver le bois dont nous avions besoin pour construire nos maisons, et nous n’avions pas besoin d’aller très loin pour trouver des crabes de boue pour nous nourrir. Mais avec le temps, les mangroves se sont dégradées, et les crabes et les poissons sont devenus beaucoup plus difficiles à attraper. Aujourd’hui, je suis heureux de voir qu’avec les efforts de reforestation des communautés, la vie dans les mangroves revient lentement à ce qu’elle était.

Je pense que si les mangroves pouvaient parler, elles nous diraient :

Ne nous détruisez pas. Lorsque nous sommes en vie, nous pouvons assurer votre bien-être et protéger vos côtes contre l’inondation de vos champs et de vos villages. »

Aina Celestin

Chargé de liaison avec les communautés pour le programme Blue Forests, Baie des Assassins, sud-ouest de Madagascar

Je m’appelle Aina Célestin. Je vis à Andavadoaka, au sud-ouest de Madagascar. Le village où j’ai grandi est entouré de belles forêts de mangroves, mais tout au long de ma vie, j’ai vu ces forêts se réduire lentement. Je suis né dans ce village et j’ai senti qu’il était de mon devoir de les protéger. Après des années de travail comme patrouilleur forestier terrestre dans le parc national Mikea – entre Toliara et Morombe dans le sud-ouest de Madagascar – j’ai rejoint Blue Ventures pour soutenir Tahiry Honko, le plus grand projet communautaire de conservation du carbone de mangroves au monde. 

Dans mon rôle d’agent de liaison communautaire de Blue Forests, je soutiens les communautés du projet Tahiry Honko dans leurs efforts de reforestation, et j’apporte aussi un soutien à la mise en place du comité communautaire de suivi et d’évaluation dans la région. 

Au fil des ans, j’ai eu de nombreuses expériences dans les mangroves, mais l’une des expériences de terrain les plus fantastiques que j’ai vécues a été la découverte de l’espèce de chauve-souris Pterofus rufus dans les mangroves autour de mon village. C’est à la fois un oiseau et un mammifère, et c’est une espèce endémique de mon pays. J’ai été très fier et heureux de découvrir que ces chauves-souris vivent dans les mangroves de notre zone C’est l’une des preuves de la bonne préservation de leur importante biodiversité.

Si les mangroves pouvaient parler, je pense qu’elles diraient : 

Nous méritons des droits comme les êtres humains. Nous avons besoin d’être soignées, respectées et laissées en paix. C’est à partir de là que nous pouvons grandir, produire et fournir les biens et services durables dont vous avez besoin pour votre propre survie »

Ms. Alphine

Pêcheuse et membre de la patrouille de surveillance communautaire des mangroves, baie des Assassins, sud-ouest de Madagascar

Mme Alphine inspecte un palétuvier coupé lors d’une patrouille

Je m’appelle Alphine. Je viens de Lamboara, un petit village au cœur de la Baie des Assassins. Pour gagner ma vie, je pêche le poulpe et je cultive des algues rouges. En 2017, j’ai rejoint le comité communautaire pour la surveillance et le suivi des mangroves car mon village est impliqué dans le projet Tahiry Honko. En plus de mes responsabilités régulières de patrouilleuse, j’ai également participé à l’élaboration de règlements locaux pour la gestion des mangroves.

Il y a beaucoup de créatures fascinantes qui vivent dans les mangroves, mais les crevettes sont mes préférées ; elles sont aussi faciles à pêcher que les crabes et fournissent à la fois de la nourriture et une source de revenus.

Mon souvenir préféré dans la mangrove est la première fois que je suis allée en patrouille. Ce n’était pas facile, mais c’était motivant. Je suis triste qu’il y ait encore des gens qui coupent la mangrove, alors je suis heureuse de travailler pour la protéger.

Si les mangroves pouvaient parler, je pense qu’elles nous demanderaient :

Nous vous fournissons de la nourriture et de l’air pur, pourquoi nous abattez-vous ? »


Pour en savoir plus sur Tahiry Honko, regardez notre nouveau film :

 

Posted by Blue Ventures

Blue Ventures is an award winning marine conservation charity. We rebuild tropical fisheries with coastal communities. On our Beyond Conservation blog you can hear voices from the front line of marine conservation written by our staff and volunteers.

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.